Tour d’horizon… Road trip en Roumanie

En 2017 je ne devais pas voyager afin d’économiser pour la construction de ma maison, mais l’été et les vacances arrivant… J’ai craqué ! Donc en août, nous voilà parties avec une amie en Roumanie pour un road trip d’une semaine !
Le véhicule qui va nous porter au fil de la Roumanie

Alors beaucoup (tant des Français et que des Roumains) nous ont demandé : Pourquoi la Roumanie ? La raison n’est pas jolie jolie pour être honnête… Je cherchais une destination à petit prix et joignable en avion sans correspondance depuis Bordeaux. Donc le site de l’aéroport m’a aidé, j’ai passé les pays en revu par ordre alphabétique, et je ne suis pas allée bien loin avant de trouver ma destination ! Bucarest et la Roumanie, un des pays les moins chers d’Europe, mais dont les photos sur Google font rêver, avec ses mythiques Dracula et Transylvanie, un pays où on ne serait pas dérangées par le tourisme de masse. Il n’en fallait pas plus pour nous lancer, et nous n’avons pas été déçues !

Notre programme

En une semaine, afin d’avoir le temps de profiter des lieux, impossible de faire tout le tour de la Roumanie bien sûr ! Notre avion arrivant et décollant de Bucarest, nous ne voulions pas trop nous en éloigner, et n’avons donc pas pu explorer le nord du pays (la Moldavie et ses églises semblent magnifiques !). Voici en un coup d’œil le tour que nous avons fait :

Jour 1 – Découverte de Bucarest

Roumanie, Palais du Parlement
Vue sur Bucarest depuis le Palais du Parlement

Notre avions atterri la veille au soir, mais pas le temps de découvrir Bucarest. Notre première journée y est donc dédiée, il est après tout inenvisageable de ne pas visiter la capitale de la Roumanie, afin d’avoir une première idée du pays.

  • Visiter les diverses églises rappelant l’architecture du 18ème et donnant du charme à la ville, telles Kretulescus et Stavropoleos
  • Déjeuner et dîner à la Taverne Caru’cu Bere et au Hanu’Lui Manuc, restaurants typiques
  • En apprendre plus sur l’histoire de la ville au Palais du Parlement
  • Traîner dans les rues et découvrir l’Athénée roumain, le passage Macca-Villacrosse, et pourquoi pas faire un petit tour au Musée National d’Arts !

Jour 2 – Quelques visites en direction de Brasov

Roumanie, Brasov, Piata Sfatului
La Piata Sfatului à Brasov

Après avoir récupéré notre voiture de bon matin et passé le stress de la conduite dans un pays étranger, direction Brasov. Mais hors de question de juste rouler bêtement vers la prochaine ville, nous avons prévu quelques stops. Et avec nos arrêts en chemin, voilà une première journée de route avec 254 km au compteur !

  • Travaillant dans le vin, un passage dans un vignoble s’est imposé, donc direction le vignoble Budureasca
  • A défaut de voir les belles églises du nord du pays, on a galéré, mais on a réussi à atteindre le splendide Monastère Ste-Marie Jercalai
  • Autre gros arrêt du jour, le Château de Peles, un vrai joyau, et son petit frère Pelisor
  • Découvrir le bourg charmant de Brasov

Jour 3 – De Dracula à Sighișoara

Roumanie, Château de Bran
Le château de Bran, souvent cité comme le château de Dracula

Cette journée est bien chargée ! Nous sommes arrivés bien plus tard que prévu à Sighișoara que nous visiterons donc le lendemain, à cause du monde fou qu’il y avait à l’entrée du canyon, on aurait dû s’y attendre, un samedi en plein été… Mais aucun regret, une bien jolie randonnée !

  • Emblème de Brasov, le château de Bran, aussi connu comme le château du fameux Dracula
  • Nous hésitions entre visiter la Citadelle de Rasnov ou l’église-forteresse de Prejmer. Notre choix s’est finalement porté sur cette seconde, plus authentique et classée par l’UNESCO en plus !
  • Se rafraichir en faisant une randonnée (vous trouvez ça illogique ?!) au canyon des 7 marches : imaginez un canyon, avec des échelles de fou, vous y êtes !

Jour 4 – Journée citadine à Sighișoara et Sibiu

Roumanie, ruelles de Sighișoara
Les ruelles colorées de Sighișoara

Visite de chacune de ces deux villes, avec au milieu 111 km de route, on est en road trip non ?

  • Visiter la ville médiévale de Sighisoara au charme infini, je n’avais qu’une envie, continuer d’y déambuler
  • Découvrir les diverses architectures du pays en visitant le musée Plein Air Astra de Dumbrava Sibiului
  • Finir sa journée en sirotant un cocktail sur l’une des places de Sibiu après s’y être promené

Jour 5 – Braver la Transfăgărașan vers le Lac Balea

La journée que l’on attendait, pour randonner dans un cadre idyllique ! C’était bien entendu sans compter sur le brouillard et la pluie…

  • Traverser les monts Fagaras en prenant la route Transfăgăraș, une des plus hautes routes du pays
  • Randonner autour du lac Bâlea
  • Se reposer après une sacré journée dans un joli chalet dans la montagne
Roumanie, Transfăgărașan et Lac Bâlea
Le lac Bâlea et la Transfăgărașan en arrière plan

Jour 6 – Retour vers la capitale via Horezu

Monastère de Horezu, Roumanie
Monastère de Horezu

La fin du road trip est là, il faut donc se rediriger vers Bucarest pour rendre la voiture en fin de journée. En chemin, petit détour par la ville d’Horezu.

  • Continuer à faire chauffer les mollets en montant jusqu’à la citadelle de Poenari, en lien avec l’histoire de Vlad III L’Empaleur
  • Découvrir le monastère de Horezu, classé par l’UNESCO
  • En profiter pour acheter des souvenirs : Horezu est la capitale roumaine de la poterie

Jour 7 – Une dernière visite de Bucarest avant de rentrer

Roumanie, Palais du printemps
Le palais du printemps et son jardin

La fin de ce joli séjour est là, mais hors de question de rentrer sans profiter de cette dernière journée !

  • Visiter le Palais du Printemps, à ne surtout pas louper pour en apprendre davantage sur l’histoire du pays
  • Retourner à l’aéroport (en galérant pour trouver un taxi !) pour rentrer au pays
TOTAL : 1 066 km en 7 jours

Ce que j’ai + ou – aimé

J’ai aimé…

  • Me sentir comme parmi les premiers à découvrir ce beau pays et ainsi ne pas être ennuyée par des nuées de touristes
  • La diversité des paysages
  • Rouler à travers des petits villages où les charrettes à chevaux sont le moyen de déplacement
  • Redécouvrir ma pote en se retrouvant seules toutes les deux dans un lieu étranger
  • Aller à la poursuite de Vlad L’Empaleur, dixit Dracula !
  • Découvrir la nourriture roumaine
Roumanie, Panneau de signalisation
Attention, charrettes interdites ici !

Mais j’ai moins aimé…

  • Le côté un peu terne et parfois triste de Bucarest, mais qui se comprend en découvrant l’histoire
  • La chaleur écrasante à Bucarest (et la pluie à la montagne !)
  • L’absence de clim/ventilateur dans les hôtels ! (ah ces Français et leur confort…)
Roumanie, Bucarest
Dans les rues de Bucarest

Budget pour une semaine

Budget par personne dans le pays (hors avion pour s’y rendre ou en partir) ; hébergement en hôtel en chambre double (déjà divisé par 2).

Je le trouve plutôt bien équilibré ce budget, non ?

Bien entendu la catégorie transport gagne, mais entre la location de la voiture et l’essence c’était forcé ! Côté activités, c’est la visite de la propriété viticole qui a couté relativement cher (32 €) par rapport au reste, sans compter que bien souvent dans les sites touristiques roumains, il faut payer un supplément photo, sinon l’appareil photo (ou téléphone) n’est pas autorisé ! Autant te dire que j’ai payé le supplément à tous les coups ! D’autant que ma copine n’avait que son téléphone, donc on payait pour mon appareil. Dans la catégorie autre, il y a des souvenirs (du vin, de la poterie d’Horezu…) mais aussi quelques limonades et cocktails pris en terrasse en fin de journée !

Quelques infos pratiques

Visa ? Non, passeport ou carte nationale d’identité suffisent

Monnaie : 1 € euro = 4,44 lei (on parle d’un leu mais plusieurs lei)

Adaptateur ? Non

Climat : Très chaud et lourd en été à Bucarest ! En montagne… Eh bien c’est la montagne, ça peut être très changeant

Conduite : Un article viendra pour mieux détailler ce sujet, mais la conduite y est assez aisé, votre permis fera l’affaire, nul besoin de permis international. Peu d’autoroutes, donc beaucoup de routes de campagnes assez cabossées.

Roumanie, Sergiana à Brasov
Un délicieux plat pris à Brasov

Est-ce que cet article te donne envie d’aller en Roumanie ? A moins que tu ne fasses partie des rares Français à y être déjà allé…?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.